Prix

Les prix Clio

Car_of_history_en

La SHC décerne ses prix Clio aux meilleurs livres en histoire régionale, ainsi qu'aux individus ou aux sociétés historiques qui ont fait des contributions importantes à l'histoire locale et régionale.

La Société historique du Canada sollicite des mises en candidature pour ses prix Clio 2019.  Ces prix sont attribués à des œuvres méritoires ou contributions exceptionnelles d’individus ou d’organismes à l’histoire régionale.  Sont admissibles les études qui traitent de tout thème et de toute période en histoire régionale, ainsi que les études qui présentent des interprétations historiques d’un point de vue régional. Pour soumettre la candidature d’un individu ou d’un organisme ayant contribué de façon remarquable à l’histoire régionale pour un prix honorifique, veuillez faire parvenir la documentation à l’appui (une documentation n’est pas nécessaire pour les livres)aux membres du comité régional Clio concerné. 

Les livres et les formulaires de mise en candidature pour un prix honorifique doivent être soumis avant le 31 décembre 2018.Les journaux intimes,manuels, recueils d'essais ou dedocumentset traductions de livresécrits à l'origineen françaisou en anglaisne sont pas éligibles. Une œuvre crééeen collaborationestéligible àcondition que leproduitsoit un livreunique. Les livres doivent avoir été publiés en 2018 (la date du droit d’auteur en faisant foi) ou en 2017 s’il s’agit d’une première soumission. Les prix seront décernés à la Réunion annuelle de la Société, le 4 juin 2019 à l’University of British Columbia.

LE CANADA ATLANTIQUE 

Kurt Korneski
Department of History
Memorial University of Newfoundland
St. John’s, NL
A1C 5S7
kkornesk@mun.ca

Sasha Mullally
Department of History
University of New Brunswick
9 Macaulay Lane
Fredericton, NB
E3B 5A3
sasham@unb.ca

Jeff Webb
Department of History
Memorial University of Newfoundland
St. John’s, NL
A1C 5S7
Jeff.Webb@mun.ca

 

QUÉBEC

Élise Detellier
19, ch. McNally
Alcove, QC  
J0X 1A0
elisedetellier@gmail.com 

Nicolas Kenny
2069 Westview Drive
North Vancouver, BC
V7M 3B1
nicolas_kenny@sfu.ca

 

Marcel Martel
2140 Vari Hall
4700 Keele Street
Toronto, ON
M3J 1P3
mmartel@yorku.ca

ONTARIO

Ken Cruikshank
Department of History
McMaster University
Chester New Hall, Room 112
1280 Main Street West
Hamilton, ON
L8S 4L9
cruiksha@mcmaster.ca

Jane Errington
Department of History
49 Bader Lane, Watson Hall
Queen’s University
Kingston, ON
K7L 3N6
errington-j@rmc.ca

Lianne Leddy
Indigenous Studies, Faculty of Liberal Arts
Wilfrid Laurier University
73 George Street
Brantford, ON
N3T 2Y3
lleddy@wlu.ca

LES PRAIRIES

Shannon Stunden Bower
Department of History and Classics
2-28 Tory Building
University of Alberta
Edmonton, AB
T6G 2H4
stundenbower@ualberta.ca

Ryan Eyford
Department of History
University of Winnipeg
515 Portage Avenue
Winnipeg, MB
R3B 2E9
r.eyford@uwinnipeg.ca

Carolyn Podruchny
1291 Hilton Lane
Oakville, ON  
L6M 2V3
carolyn@carolynpodruchny.ca

LA COLOMBIE-BRITANNIQUE

Jacqueline Gresko
116--15500 Rosemary Heights Crescent
Surrey, BC
V3Z 0K1
greskoj@douglascollege.ca

 

Peter Seixas
Faculty of Education
Vancouver Campus
2125 Main Mall
Vancouver, BC 
V6T 1Z4
peter.seixas@ubc.ca

Wendy Wickwire
800 Bardsey Lane
Saanichton, BC
V8M 1S4
wickwire@uvic.ca

LE NORD (YUKON ET LES TERRITOIRES DU NORD-OUEST)

Tina Adcock
Department of History
Simon Fraser University
8888 University Drive
Burnaby, BC
V5A 1S6
Tina.adcock@sfu.ca

Petra Dolata
231 Scenic Park Pl
Calgary, AB
T3L 1N4
pdolata@ucalgary.ca

Jonathan Peyton
Department of Environment and Geography
University of Manitoba
220 Sinnott Bldg., 70A Dysart Rd.
Winnipeg, MB
R3T 2N2
Jonathan.Peyton@umanitoba.ca

_______________________________

Les lauréats des prix Clio

2018

L'ATLANTIQUE

Jeffers Lennox. Homelands and Empires: Indigenous Spaces, Imperial Fictions, and Competition for Territory in Northeastern North America, 1690-1763. University of Toronto Press, 2017.

jeffers_lennox.pngHomelands and Empires offre une description détaillée et novatrice sur le plan méthodologique de la lutte pour définir et contrôler le territoire que nous percevons maintenant comme le « Canada atlantique ». Explorant le pouvoir inhérent à l'espace et à sa cartographie, le livre aborde la question des conséquences environnementales et politiques à long terme des rivalités impériales européennes. Fait révélateur, Lennox explore, avec perspicacité et de façon équitable, comment ces rivalités se sont heurtées aux compréhensions autochtones de l'espace, du mouvement, de l'histoire et de la patrie.

 
LE QUÉBEC

Matthew Barlow. Griffintown. Identity and Memory in an Irish Diaspora Neighbourhood. Vancouver: UBC Press, 2017. 

barlow.jpgCet ouvrage tout à fait original porte sur l’histoire du quartier ouvrier montréalais de Griffintown — de sa naissance au milieu du XIXe siècle à sa restructuration en ce début de XXIe siècle, en passant par sa quasi-disparition après la Deuxième Guerre mondiale — et notamment aussi sur le souvenir qu’en a gardé la population irlandaise qui y a habité. Tout en recourant à une large variété de sources, tant écrites qu’orales et en employant plusieurs niveaux d’analyse, Matthew Barlow affirme que l’étroite association des Irlandais avec ce quartier, où ils ont pourtant toujours été minoritaires, témoigne d’un travail mémoriel qui a été entrepris dès le début du XXe siècle et qui se poursuit jusqu’à ce jour. Un processus qui s’est même intensifié avec le temps, en fonction des évènements qui ont marqué l’histoire sociopolitique de l’Irlande, mais aussi celle du Québec. Cette étude des plus fascinantes permet ainsi de voir comment ce souvenir a pris forme, comment il a survécu et surtout comment et pourquoi il continue d’alimenter la vision quasi mythique de Griffintown. Ce faisant, l’ouvrage de Barlow propose un portrait véritablement inédit de la vie de ce quartier et de ses habitants qui fera certainement sa marque en nous permettant en quelque sorte de faire connaissance à nouveau avec l’histoire ouvrière.

L'ONTARIO

Susan M. Hill, The Clay We are Made Of:  Haudenosaunee Land Tenure on the Grand River. University of Manitoba Press, 2017.

susan_hill.pngThe Clay We Are Made Of de Susan Hill est une histoire novatrice et complexe de la Confédération des Haudenosaunee (Six Nations) et de la relation qu’elle entretient avec la terre des deux côtés de la frontière canado-américaine qu’elle considère toujours comme son territoire. Hill se base sur les épopées clés de l'histoire des Haudenosaunee pour tisser un récit de leur origine, de leur contact avec les Européens et de leurs revendications territoriales actuelles en employant adroitement un large éventail de sources et d'approches autochtones et coloniales. Hill raconte, dans un récit convaincant, non seulement l’histoire de la dépossession mais aussi celle de la résilience communautaire. À ce titre, l'étude de Hill est d’actualité non seulement en ce qui a trait au climat propice à la réconciliation actuel, mais elle sera un modèle pour les histoires autochtones communautaires pendant des années à venir.

LES PRAIRIES

Erika Dyck and Alex Deighton. Managing Madness: Weyburn Mental Hospital and the Transformation of Psychiatric Care in Canada. Winnipeg: University of Manitoba Press, 2017.

alex_and_erika.jpgDans cette histoire innovante des soins psychiatriques, Erika Dyck et Alex Deighton retracent l'histoire de l'hôpital psychiatrique de Weyburn, de sa genèse comme « institution totale » à son déclin et à sa fermeture, alors que le traitement des malades mentaux passait aux soins communautaires. Leur étude fournit une analyse riche et nuancée du contexte de la Saskatchewan dans le cadre de plus vastes développements nationaux et internationaux en matière de soins psychiatriques. Les auteurs démontrent l'influence des dirigeants de l'hôpital bien au-delà des frontières de la province dans le domaine de la recherche en santé mentale et dans l'élaboration de la politique gouvernementale, tout en étant à l’écoute des patients eux-mêmes. Dyck et Deighton documentent l'engagement précoce de la Saskatchewan envers la désinstitutionnalisation et documentent aussi l’héritage de la lutte et des promesses non réalisées dans la réforme de la santé mentale. Dyck et Deighton intègrent habilement une gamme de méthodes, de sources et de recherches collaboratives et écrivent avec passion, engagement et respect pour les personnes qui sont touchées par des problèmes de santé mentale.

LA COLOMBIE-BRITANNIQUE

Lynne Marks. Infidels and the Damn Churches: Irreligion and Religion in Settler British Columbia. Vancouver: University of British Columbia Press, 2017.

lynne_outside_copy.jpgL'étude particulièrement originale de Lynne Marks comble une lacune majeure dans l'historiographie de la Colombie-Britannique de par son exploration des contours de la croyance et de la participation religieuses – ou plus précisément son absence relative, dans la province. Le terme « irréligion » englobe toute une gamme de croyances et de pratiques, allant de la simple indifférence à la religion à l'athéisme avoué. La Colombie-Britannique est maintenant, comme elle l'a été tout au long de sa colonisation, exceptionnelle dans ses taux d'irréligion. Marks propose une analyse approfondie des conditions de cette spécificité culturelle, enracinée dans ses particularités de classe, de race et de genre. Elle nous aide ainsi à comprendre une dimension jusqu'alors inexplorée de « l'ouest au-delà de l'ouest ».

Prix honorifique

Cole Harris

cropped-harris_cole.jpgLe comité du prix Clio B.-C. a le plaisir de rendre hommage à Cole Harris (professeur émérite, géographie, UBC) en lui décernant un prix honorifique pour ses nombreuses réalisations. Membre de la Société royale du Canada et officier de l'Ordre du Canada, M. Harris est l'auteur d'une série d'articles primés et de livres sur le colonialisme et les changements géographiques (notamment The Resettlement of British Columbia [1997] et Making Native Space [ 2003]) qui ont placé l'historiographie du Pacific Northwest sur une nouvelle voie. Un thème central qui ressort du travail de Harris est le déplacement des peuples autochtones (et des terres) qui a accompagné le projet colonial de « réinstallation ». La publication de son prochain livre, Ranch in the Slocan (une histoire d'homestead dans la vallée de Slocan en Colombie-Britannique), est prévue pour le printemps 2018.

LE NORD

Joan Sangster. The Iconic North: Cultural Constructs of Aboriginal Life in Postwar Canada. Vancouver: UBC Press, 2017.

joans_picture.jpgDans The Iconic North, Joan Sangster dirige le lecteur vers des expériences marginalisées de l'Arctique, principalement celles des pionnières autochtones. Ce faisant, elle aborde « l'idée du Nord » de façon originale. Revenant sur les archives bien connues de Canadiana, Sangster se concentre sur l'après-guerre pour comparer les conceptions coloniales des peuples du Nord à la modernité arctique fortement façonnée par les femmes. Ponctuée par le racisme et l'inégalité, l'affirmation de cette modernité n'est nullement harmonieuse. Mais il existe des alliances et une autonomisation mutuelle entre les femmes autochtones et les femmes de colons, ainsi qu'entre les femmes et les hommes. Plaçant le genre à l'avant-garde de la recherche historique, The Iconic North démontre son énorme potentiel de pouvoir combler les lacunes dans l'histoire de l'Arctique. Compte tenu de l'importance stratégique clé de la région - pour des raisons géopolitiques et la résurgence autochtone - ce livre apporte une contribution impressionnante. 

________________________________________________________________

2017

L'ATLANTIQUE

rudin_photo.jpgRonald Rudin, Kouchibouguac: Removal, Resistance, and Remembrance at a Canadian National Park. Toronto: University of Toronto Press, 2016.

Les compétences narratives exceptionnelles de Ronald Rudin attirent le lecteur sur l'histoire du plus grand retrait forcé de personnes - et l'une des dernières - pour créer un parc national. La plupart des 1200 personnes enlevées pour créer le parc national Kouchibouguac dans le nord-est du Nouveau-Brunswick étaient acadiennes, et la résistance à cette «deuxième déportation» était forte et dynamique. En plus de son vaste travail archivistique, Rudin a mené des douzaines d'entretiens pour éclairer les réseaux communautaires et les moyens de subsistance durables qui ont été déplacés par les gouvernements fédéral et provinciaux qui ont confondu le pluralisme économique pour la pauvreté abjecte. Kouchibouguac est une étude importante de l'héroïne de l'état interventionniste.

LE QUÉBEC

Sean MillsA Place in the Sun. Haiti, Haitians, and the Remaking of Quebec. Montréal/Kingston, McGill-Queen's University Press, 2016.

sean_mills.jpgCet ouvrage se distingue par l'originalité d'une réelle perspective transnationale. Cette histoire de la relation entre les Haïtiens et les Québecois marquera l'historiographie, car il s'agit d'une manière inédite d'étudier les communautés ethniques. L'auteur ne s'arrête pas aux causes de l'immigration, au nombre de migrants et à la formation d'institutions par la communauté immigrante. Tout en démontrant une maîtrise exceptionnelle des contextes historiques et historiographiques, il réussit à intégrer les représentations, les courants intellectuels et les mouvements populaires, le tout dans le respect des personnes et des groupes, indépendamment de leur race, sexe ou classe sociale. Sean Mills présente une histoire complexe de façon accessible tout en faisant son récit d’une façon captivante dans une trame narrative bien tissée. À travers la finesse de l'analyse et la puissance du récit, on sent vivre une communauté haïtienne en lien avec la société québécoise. 


L'ONTARIO

Nancy Bouchier & Ken Cruikshank, The People and the Bay:  A Social and Environmental History of Hamilton Harbour. UBC Press, 2016.

kruik_and_bochier.pngPar le biais d’une recherche approfondie et d'une analyse concluante, The People and the Bay offre une étude finement nuancée de la relation compliquée des Hamiltoniens avec leur port au cours des deux derniers siècles. L’histoire sociale et environnementale de Bouchier et de Cruickshank explore les différentes conceptions de la relation qu’ont eu les Hamiltoniens avec leur littoral et les façons dont ils devaient en profiter, l’exploiter et le gérer. Les auteurs offrent une ressource inestimable qui sera utile aux historiens qui s’intéressent aux tendances changeantes du travail et des loisirs, à l'impact de l'industrialisation et à la gérance des préoccupations environnementales pour de nombreuses années.

LES PRAIRIES

Sarah Carter, Imperial Plots: Women, Land, and the Spadework of British Colonialism on the Canadian Prairies. Winnipeg: University of Manitoba Press, 2016.

carter_photo0001_copy.jpgEn plaçant les agricultrices pionnières autochtones au cœur de l'histoire de la colonisation agricole, Imperial Plots de Sarah Carter nous oblige à reconsidérer le développement économique des Plaines de l’Ouest. Carter explique, en se servant des agricultrices autochtones des Prairies comme exemple, la façon dont les idées sexistes et racialisées ont empêché celles-ci de posséder des biens. Les femmes britanniques qui faisaient campagne pour obtenir le droit de posséder des terres en leur propre nom n'étaient pas moins impliquées que les colonisateurs dans l’appropriation des territoires autochtones. Des idées profondément ancrées sur les droits de propriété des hommes ont empêché les campagnes de sensibilisation de réformer les lois sur la propriété et les femmes qui ont acheté des terres ont lutté pour qu’elles puissent être reconnues, respectées et survivre en tant qu'agricultrices. En tissant des liens entre l'histoire du colonialisme, de l'impérialisme et du rapport entre les sexes, Carter met l'histoire de la colonisation agricole dans son contexte transnational plus vaste. Ce livre nous aide à comprendre pourquoi les femmes ont toujours du mal à être reconnues comme agricultrices. La survie des techniques d'agriculture autochtone témoigne de l'importance constante du travail agricole des femmes.

Prix honorifique
Jennfer S.H. Brown

jenniferbrown_may_2017_copy.jpgLe comité Clio – Les Prairies a le plaisir d'attribuer ce prix honorifique à Jennifer Brown. Professeure émérite d'histoire à l'Université de Winnipeg, membre de la Société Royale du Canada, Chaire de recherche du Canada (Niveau I) de 2004 à 2011, la professeure Brown a apporté une contribution exceptionnelle à notre connaissance de la Terre de Rupert et son grand savoir, mis à la disposition des chercheurs, a grandement approfondi nos connaissances sur l’Ouest canadien. Ses travaux novateurs sur les familles impliquées dans le commerce des fourrures ont placé les femmes au centre de notre compréhension de la société à l’ère du commerce des fourrures. Elle est l'auteure et rédactrice en chef de quatorze livres qui ont fait progressé notre connaissance sur la société métisse et les relations entre autochtones et colons. Elle a été directrice du Centre for Rupert’s Land Studies pendant quinze ans, où elle a favorisé les relations entre les chercheurs, les archivistes et les personnes intéressées par l'histoire des peuples du bassin hydrographique de la baie d'Hudson. Son dossier exceptionnel de publication et ses efforts pour mousser l’intérêt du public envers l'histoire toujours pertinente des Prairies de l’Ouest en font une récipiendaire digne de ce prix.

LA COLOMBIE-BRITANNIQUE

Aaron Chapman, The Last Gang in Town: The Epic Story of the Vancouver Police vs. the Clark Park Gang Vancouver: Arsenal Pulp Press, 2016. 

aaron_chapman.jpegLe livre Last Gang in Town d’Aaron Chapman explore un chapitre dramatique de l'histoire de Vancouver. Tout au long des années 1960 et 1970, le célèbre Clark Park Gang a fait des ravages dans toute la ville. Par le biais d’une recherche archivistique scrupuleuse et d’entrevues exhaustives d’anciens élèves et d'anciens membres du VPD, Chapman lève le voile sur la vie à East Van à une époque où le quartier était pauvre et ouvrier. Alors que les récits des années 60 et 70 se multiplient, Chapman offre des idées originales et impartiales sur les aspects de la jeunesse, de la criminalité et de la police qui pourraient autrement être négligées.

 

Prix honorifique
Dan Savard

dan_savard.jpgPendant plus de trente-sept ans jusqu'à sa retraite en 2011, Dan Savard a été le conservateur de la collection photographique du Musée royal de la Colombie-Britannique – un assemblage de ferrotypes, de stéréogrammes, de négatifs sur verre, de plaques pour lanterne, de cartes postales illustrées, de transparences modernes, d'images prises par des amateurs ainsi que de photographies et de films professionnels. Il a insufflé de la profondeur historique et ethnographique dans la collection et a généreusement partagé ses connaissances avec des chercheurs, des étudiants et d'autres au fil des années. Le public le connaît grâce à ses conférences publiques sur les éléments moins connus de la collection. Pour Savard, les matériaux photographiques sont une source riche et passionnante pour découvrir le paysage naturel et culturel, une composante qui est souvent absente des sources textuelles. Il a passé sa vie à étudier l'historiographie de la région pour mieux comprendre les photographies, les photographes et la technologie photographique à ses tous débuts, ainsi que son transport (sacs à dos, sacoches et sacs de diligence). Dans son livre, Images from the Likeness House (2010), Savard se penche sur les relations entre les photographes et les peuples autochtones de l'État de Washington, de la Colombie-Britannique et de l'Alaska entre 1860 et 1930, livre qui s’est mérité le prix du livre Roderick Haig-Brown en 2011.

LE NORD

Le prix n'a pas été attribué cette année.

_____________________________________________________________________________

2016

L'ATLANTIQUE

Raymond B. Blake, Lions or Jellyfish: Newfoundland-Ottawa Relations Since 1957.Toronto: UTP, 2015.

raymond_blake.jpgLions or Jellyfish est une étude soignée de la relation souvent tendue entre Ottawa et Terre-Neuve-et-Labrador. Bien que de nombreux éléments de cette histoire soient bien connus, le récit de Raymond Blake est habilement structuré et son analyse considérablement sophistiquée.

Comme l’indique Blake, la province ne s’est jamais entièrement adaptée à la Confédération. Les différends publics et enflammés entre les deux gouvernements sur les transferts fédéraux, la gestion des revenus de la pêche, les recettes pétrolières et gazières et le renouvèlement constitutionnel ont attisé les feux du nationalisme terre-neuvien au cours des six dernières décennies. La description de ces confrontations par Blake est détaillée et convaincante, et reflète une recherche considérable effectuée dans les documents gouvernementaux et privés.

Toute analyse des relations intergouvernementales doit discuter de la personnalité des dirigeants politiques, mais Blake va au-delà de simples personnalités, aussi colorées qu’elles puissent avoir été. Il se penche sur les aspects économiques, les pensées politiques et culturelles contemporaines et la bureaucratie qui limitaient les choix des politiciens provinciaux et fédéraux. En revanche, Blake nous permet de savourer encore une fois les querelles désagréables entre John Diefenbaker et Joey Smallwood, entre Brian Peckford et Pierre Trudeau et, plus récemment, entre Danny Williams et Stephen Harper.

Lions or Jellyfish apporte une contribution importante à l'histoire du fédéralisme canadien et nous incite à nous demander pourquoi il n’y a pas eu davantage d’études qui ont été faites sur les relations parfois acrimonieuses, trucculentes et contestées entre Terre-Neuve et Ottawa.

LE QUÉBEC

Amélie Bourbeau, Techniciens de l'organisation sociale. La réorganisation de l’assistance catholique privée à Montréal (1930-1974). McGill-Queen's University Press, 2015.

ame?lie_bourbeau.jpgCe livre revêt une importance marquante pour l'historiographie de la charité et de l'assistance au Québec au XXème siècle. Non seulement fait-il la lumière sur l'origine, la constitution et le fonctionnement des deux fédérations financières catholiques (francophone et anglophone) mises sur pied dans les années 1930 à Montréal mais, débordant une stricte histoire institutionnelle, il s’attache à comprendre les divers processus (bureaucratisation, professionnalisation, sécularisation et étatisation) qui expliquent l'évolution de la pratique caritative entre les années 1930 et le début des années 1970. Bien au-delà d’un simple examen de l’organigramme des deux fédérations, l’ouvrage met en évidence les enjeux qui ont été au cœur de leur création, de leur développement et de leur transformation. Ce faisant, il montre que le souci de rationaliser le domaine de la charité, s’il préfigure l’émergence de l’État providence, est un phénomène loin d’être linéaire ; tout au contraire, il a été marqué par un lot de tensions et de conflits imprégnant l'ensemble des réseaux catholiques montréalais, des dirigeants jusqu’aux bénéficiaires, qui reflètent les rapports de pouvoir dans les deux collectivités. Cette recherche originale basée sur un éventail d'archives privées et publiques, écrites et orales se distingue par son ampleur intellectuelle et son souci de la nuance qui vont faire en sorte que ce livre deviendra vite une référence fondamentale pour un vaste spectre d'études touchant tant cette période que les riches thématiques analysées. 

L'ONTARIO

Craig Heron, Lunch Bucket Lives: Remaking the Worker's City. Between the Lines, 2015.

craig_heron.jpgLunch Bucket Lives est non seulement une condensation impressionnante d'histoire sociale du dernier demi-siècle, mais il est également un examen profondément respectueux de la vie complexe des Hamiltoniens alors que la ville devient Steeltown. La maîtrise irréfutable des sources primaires et secondaires de Heron donne lieu à une discussion riche en détails sur la vie de la classe ouvrière au travail, à la maison et dans la communauté. En démontrant comment l’intersection de la race, de la classe sociale, du genre et de l'origine ethnique ont éclairé, formé mais aussi limité les réponses des travailleurs face à l'émergence du capitalisme industriel, Lunch Bucket Lives atteint une complexité d'interprétation qui mettra au défi ceux qui connaissent bien le sujet, la période et l’endroit. Tout bien considéré, Lunch Bucket Lives est une étude qui est égale à la « ville ambitieuse » qu’elle vise à documenter.

 

LES PRAIRIES

Michel Hogue, Metis and the Medicine Line: Creating a Border and Dividing a People. University of Regina Press, 2015.

michelhogue_004[3].jpgLe livre Metis and the Medicine Line: Creating a Border and Dividing a People de Michel Hogue est tout à fait remarquable. Hogue a écrit l'histoire de la diplomatie frontalière et de la formation de l'État dans une perspective autochtone. En traçant, entre autres, l'histoire de la famille d'Antoine Ouellette et d’Angélique Bottineau, Metis and the Medicine Line nous offre une histoire personnelle captivante ainsi qu’une nouvelle analyse comparative de la chasse au bison, de la résistance, des relations entre les Métis et les Premières nations, de la colonisation et de l'immixtion du Canada et des États-Unis dans les plaines de l'Ouest. C’est un livre à lire pour son interprétation et que l’on peut apprécier pour son récit bien conçu.

 

 

 

Prix honorifique
Hugh Dempsey 

hd2.jpgDon Smith qualifie Hugh Dempsey de « doyen des historiens de l'Alberta. »  Auteur de 22 livres, éditeur de 17 autres et rédacteur durant 60 ans à Alberta History, archiviste et conservateur à la Fondation Glenbow, Dempsey a joué un rôle central dans la préservation du patrimoine de l'Alberta. Tout au long de sa carrière, Dempsey s’est intéressé principalement à la vie d’Albertains fascinants. 

Son mariage avec Pauline Gladstone a initié ses relations avec les Premières nations du Traité 7. Ses liens étroits avec les aînés qui ont survécu lui ont offert une porte d’entrée exceptionnelle à leurs traditions orales et ont mené à l’écriture de biographies des membres des Premières nations basées sur une nouvelle perspective autochtone, dont « Crowfoot », « Tom Three Persons », « Big Bear » et plus récemment « The Great Blackfoot Treaties ».  Combinant l’histoire orale à la recherche d'archives rigoureuse, ses livres bien connus ont redéfini la façon dont nous percevons l’histoire de l'Alberta. Il a reçu de nombreux honneurs, y compris un doctorat honorifique de l'Université de Calgary ainsi que l’Ordre du Canada. Au moment de sa retraite en 1991, le Glenbow l’a nommé chef conservateur émérite et la salle de lecture de la Bibliothèque et des Archives porte maintenant son nom. Sa plus grande fierté est d’avoir reçu le titre de chef honoraire de la nation Bloods et le nom Potaina, le nom du grand-père de sa femme. L’engagement indéfectible de Hugh envers la préservation, la recherche et l'écriture de l’histoire fait de lui un récipiendaire digne de ce prix honorifique.

LE NORD

Emilie Cameron, Far Off Metal River: Inuit Lands, Settler Stories, and the Making of the Contemporary Arctic. UBC Press, 2015.

emilie_cameron_photo.jpgFar Off Metal River d’Emilie Cameron se penche sur les suites de l'un des plus (tristement) célèbres évènements de l’histoire du Nord canadien. Cameron propose un examen sophistiqué et nuancé de l'importance historique à long terme du célèbre récit de Samuel Hearne sur le massacre à Bloody Falls en 1771. Bien que les débats sur la véracité du récit de Hearne font rage depuis qu'il a été publié en 1795, Cameron tourne notre attention sur une question fondamentale : l'importance de l’utilisation Qallunaat (non-Inuit) de l'histoire du massacre entre le moment de sa publication et le XXIe siècle. Cameron explique que l'histoire du massacre importe, qu’il ait eu lieu ou non, car elle a profondément influencé la façon dont les étrangers perçoivent et considèrent les peuples autochtones du Nord, l'extraction des ressources et les revendications autochtones depuis que le récit du massacre a capté leur attention. Basé sur un large éventail de sources aussi variées que les écrits de Hearne, la mémoire d'Autochtones, des carnets de voyage d’explorateurs, des documents gouvernementaux, des pièces de théâtre, de la poésie et de l'art, Far Off Metal River invite les lecteurs à jeter un nouveau regard sur cette histoire vieille de 250 ans.

LA COLOMBIE-BRITTANIQUE

Lisa Pasolli, Working Mothers and the Child Care Dilemma: A History of British Columbia’s Social Policy. UBC Press, 2015.

pasolli_picture.jpegL’étude de Lisa Pasolli relate les efforts des femmes en Colombie-Britannique pour assurer et / ou offrir des services de garde d’enfant pour les mères au travail tout au long du XXe siècle. Elle affirme que les défenseurs ainsi que les critiques ont invoqué des concepts tels que « le droit légitime » dans leurs mobilisations pour ou contre la garde d'enfant. Elle démontre la façon dont la politique sociale à cet égard a répondu aux besoins du marché du travail, à la vulnérabilité économique des mères et aux philosophies de développement de l'enfant. Pasolli examine les opinions émises au XXe siècle sur la capacité - et le droit - des femmes au travail d'avoir accès à des services de garde dans le cadre d'un débat plus large sur les contributions à la société qui sont reconnues et valorisées, et comment elles le sont. Pasolli contribue à notre compréhension de la façon dont la « citoyenneté sociale » a été définie pour récompenser la contribution des hommes à l'économie du travail et qui perçoit les hommes comme étant les principaux gagne-pain et donc chefs de leurs familles. Elle explique comment les débats sur les politiques de garde d'enfant de la Colombie-Britannique étaient liées aux efforts visant à redéfinir les termes de citoyenneté sociale de façon à reconnaître les contributions des femmes, que ce soit à titre de participants à l'économie du travail ou en assurant la gestion de leurs maisonnées et de leurs familles. Elle aborde habilement la question de savoir qui est digne du soutien de l'État d’une toute autre façon en illustrant comment l'absence de soins abordables et accessibles a contribué à exclure les femmes des privilèges de la citoyenneté sociale.

Certains de ces concepts sont d'une simplicité trompeuse. Les mères au travail ont démontré une excellente éthique du travail et ont été louangées en temps de guerre, mais elles ont aussi été critiquées pour avoir demeuré dans leur emploi tout en élevant des enfants en temps de paix. La prestation de services de garde en période de forte demande de main-d'œuvre devient essentiellement une politique d’emploi ; son retrait pendant les périodes relatives de surplus de main-d’œuvre constitue plutôt une décision de privilégier le travail des hommes, tout en exigeant des femmes qu’elles s’occupent de l'éducation des enfants et de la maisonnée, deux fonctions à temps plein non rémunérées. Dans une telle conjecture sexospécifique concernant la place des femmes, la mère au travail qui demandait un service de garderie était dépeinte comme « un problème » par ses critiques. Si l’on considérait que les mères au travail poursuivaient une carrière pour soulager des besoins financiers (plutôt qu’un désir de poursuivre un métier ou de travailler à l’extérieur de la maison), la solution politique était alors de fournir des allocations aux mères. Les allocations aux mères (et les programmes sociaux connexes) ont été conçues pour subventionner les femmes à un point tel qu'elles demeuraient à l’écart du marché du travail rémunéré et pouvaient ainsi se consacrer entièrement aux soins de leurs propres enfants.

Pasolli conclut que l’existence d’un « malaise profond envers les mères au travail » est le facteur principal pour expliquer l’absence de programmes et d’une politique adéquate de service de garde d’enfant au Canada en général et plus particulièrement en Colombie-Britannique. Le résultat est que la question a été reléguée vers les politiques de l’aide sociale (et parfois de l'éducation) plutôt que vers les politiques de citoyenneté et des droits. Dans un tel contexte, ce sera la demande féministe pour le droit au civisme social intégral qui saura consolider les services de garde d’enfant. Pasolli offre une perspective britanno-colombienne sur un scénario qui se déroule de manière très différente au pays mais où les mêmes thèmes sont dominants. Une autre qualité particulièrement concluante de cette œuvre remarquable est qu’elle sert également à informer le discours contemporain et nous rappelle que l'histoire est une façon d’informer le présent.

Prix honorifique
Robin Fisher

robin_fisher.pngAu cours de sa brillante carrière, Robin Fisher a contribué à bien des égards à l'étude de l'histoire de la Colombie-Britannique et il s’est taillé une réputation pour sa rigueur intellectuelle, son analyse minutieuse, son écriture concise et ses pensées inspirantes.

Retraçant l’itinéraire emprunté par James Cook quelque 200 ans avant lui, Fisher a quitté son pays natal, la Nouvelle-Zélande pour étudier à l'Université de la Colombie-Britannique. Sa recherche a par la suite été publiée dans sa première monographie, Contact and Conflict: Indian-European Relations in British Columbia, 1774-1890, parue en 1977, trois ans après qu’il ait joint les rangs du personnel enseignant du département d'histoire à l'Université Simon Fraser.

Contact and Conflict redonne le pouvoir aux Autochtones dans le but d’établir un juste équilibre avec le récit impérial de l’exploration européenne sur la côte Ouest. Il fait valoir que le commerce dans le Pacifique Nord-Ouest a été caractérisé par des stratégies et des priorités autochtones, des objectifs distincts et certains personnages qui ont minutieusement modelé les termes du commerce. Fisher a identifié le phénomène des « avantages réciproques » comme étant une force déterminante dans l'étude du passé de la région. Contact and Conflict demeure l'un des livres incontournables sur les Premières nations et l'histoire de Colombie-Britannique. Le livre a bien résisté aux critiques qui ont été faites envers les perspectives, les arguments et les preuves de Fisher. Le débat que son œuvre suscite toujours est preuve qu'elle demeure l'une des plus importantes, sinon la plus importante, des monographies jamais écrites sur le sujet. Le livre n’a pas reçu la reconnaissance qui lui était due tout simplement parce que les prix Clio ont été créés deux ans après la parution de celui-ci en 1977.

Les monographies qu’il a écrites par la suite, ses contributions à BC Studies et ses projets de collaboration nous permettent de mieux comprendre l'histoire de la Colombie-Britannique. Il a rédigé, en collaboration avec Hugh Johnston, Captain James Cook and His Times en 1979 et From Maps to Metaphors: The Pacific World of George Vancouver en 1993. Il a également travaillé avec Jack Bumsted, éditant An Account of a Voyage to the North West Coast of America in 1785 and 1786 en 1982 et avec Ken Coates sur Out of the Background: Readings on Canadian History, qui a été réédité deux fois depuis. Fisher est également à l’origine d’une collaboration à l'échelon départemental unique en son genre sur le projet Pacific Province: A History of British Columbia, qui constituait une mise à jour importante sur ses propres travaux antérieurs sur le contact et le commerce. Sa deuxième contribution majeure, une biographie du premier ministre « Little New Deal » de la Colombie-Britannique, Duff Pattullo of British Columbia, a remporté une mention honorable du prix Clio en 1992 et demeure toujours une biographie historique exemplaire et une contribution majeure à la littérature sur l'histoire politique en Colombie-Britannique.

Fisher a déménagé à Prince George en 1993 pour fonder un département d'histoire à l’University of Northern British Columbia. À titre de directeur fondateur du département, il a joué un rôle clé pour y attirer une équipe de chercheurs spécialistes du Nord britanno-colombien. Il a poursuivi son implication dans l'enseignement et dans la recherche sur l'histoire de la province durant toute cette période, même après sa promotion au poste de doyen. En 2002, il a été recruté au poste de doyen de la Faculté des arts à l'University of Regina et trois ans plus tard, il est devenu vice-président à l’enseignement et recteur au Mount Royal College de Calgary, guidant le collège vers l’obtention du statut d’université en 2009. L’appui de Fisher envers la recherche et les étudiants autochtones s’est manifesté dans son rôle dans la construction du Centre Iniskim pour lequel il a été honoré par les anciens Pieds-Noirs qui lui ont également donné un nom Niitsitapi, Stum eek see yaan, avant sa retraite en 2013.

Fisher a enseigné à des milliers d'étudiants de premier cycle et supervisé des dizaines d'étudiants des cycles supérieurs au fil des ans. Il préconise aussi vigoureusement le rôle de l’intellectuel dans l’espace public et la nécessité pour les historiens universitaires de communiquer leurs découvertes au-delà des tours d'ivoire. Fisher continue de poursuivre des recherches, d’établir des normes élevées comme auteur et d'intervenir publiquement et collectivement sur des questions reliées à l'histoire de la Colombie-Britannique. Nous honorons ce parcours avec ce prix Clio 2016.

___________________________________________________________________ 

2015 

L'ATLANTIQUE

Gregory M.W. Kennedy, Something of a Peasant Paradise? Comparing Rural Societies in Acadie and the Loudunais, 1604-1755, McGill-Queen’s University Press, 2014.

photo_-_gregory_kennedy_clio_ontario.jpg

Something of a Peasant Paradise?  de Gregory Kennedy est un ouvrage  important qui promet de transformer durablement l'historiographie concernant l'Acadie et la Nouvelle-France. Les Acadiens du XVIIIe siècle, descendants de quelques centaines de colons français du XVIIe siècle, habitaient dans une colonie frontalière ayant changé de mains dix fois entre 1604 et 1713, dans le cadre de la rivalité entre les empires britannique et français. Entre 1755 et 1763, les autorités britanniques ont expulsé de force environ 10 000 Acadiens des Maritimes. Bien que dispersées, la plupart des communautés acadiennes ont réussi à maintenir une identité distincte. La ‘Renaissance acadienne’ du dix-neuvième siècle a produit une forte identité collective transnationale, ancrée dans l'expérience coloniale des ancêtres. 

Jusqu’à ce jour, les études historiques portant sur les Acadiens d’avant la Déportation ont souvent spéculé sur l'autonomie ou l’oppression des Acadiens ainsi que sur leur richesse ou leur pauvreté. Pour sortir de ces oppositions basées sur des spéculations, Kennedy propose une comparaison originale entre les Acadiens habitant le nord de l’Amérique et les Français habitant le canton de Loudun dans la région Poitou-Charentes. Basée sur des recherches approfondies dans les archives françaises, la comparaison proposée par Kennedy se justifie par le fait qu’un nombre important de colons acadiens du XVIIe siècle provenait de cette région, elle-même une zone frontalière durant les guerres de religion en France au XVIe siècle. Bien que l'inventaire des archives acadiennes soit plutôt maigre, Kennedy a reconstruit des portraits quantitatifs et qualitatifs de l'environnement, de l'économie, de la culture, des modèles familiaux et des structures politiques communautaires de la colonie, concluant que l’expérience des Acadiens avait été comparable à celle d’une communauté contemporaine de paysans français. Il soutient que la vie en Acadie était probablement moins idyllique et plus familière aux paysans et aux seigneurs français que ne l’ont soupçonné de nombreux chercheurs. 

Cela ne signifie toutefois pas que Kennedy n’ait pas vu de différences entre les Acadiens et les Loudunais. Si certaines études récentes sur la formation d'une identité acadienne ont souligné que la Déportation a été une expérience formative, Kennedy affirme que les colons ont construit une société distincte basée sur les liens familiaux dans un contexte environnemental et politique unique. En cela, ils étaient semblables aux Canadiens, aux Loudunais et aux Français d’autres communautés qui étaient « sujets » du roi de France, sans pour autant être « Français » au sens nationaliste du terme. Cette découverte nous permettra d'enseigner l'histoire acadienne d’une façon plus holistique dans l’avenir. En reconnectant l’Acadie au monde atlantique français et en promouvant des comparaisons tangibles, Kennedy ouvre la voie à des enquêtes plus approfondies sur les thèmes du changement et de la continuité dans la formation de la communauté acadienne. Ses conclusions seront largement discutées et sûrement contestées. C’est ainsi que Gregory Kennedy offre une nouvelle perspective qui orientera la conversation.

LE QUÉBEC

Steven High, Oral History at the Crossroads. Sharing Life Stories of Survival and Displacement, Vancouver et Toronto, UBC Press, 2014.

stevenhigh_-_clio_québec.pngSteven High et son équipe ont recueilli les histoires de vie de Montréalais qui ont quitté leurs pays d’origine en raison de guerres, de génocides et d’autres violations des droits humains. Cheminant à l’écart des sentiers battus, ils ont choisi de partager leur autorité de chercheurs avec les participants, brouillant les frontières traditionnelles qui les séparent. Au-delà de la collecte et du sauvetage mémoriels, ils jettent des ponts entre générations, entre communautés culturelles et entre celles-ci et les universitaires. Ils explorent ainsi divers usages de l’histoire orale et en multiplient les retombées par une diffusion multimédia qui mise par exemple sur les arts de la scène et sur la mise en ligne d’interviews. Globalement, Steven High rend compte d’une impressionnante et étonnante expérimentation d’histoire orale dont toutes les étapes sont scrutées dans une démarche réflexive qui redessine le potentiel et les limites de ce type d’enquêtes.



L'ONTARIO

Jennifer Bonnell, Reclaiming the Don: An Environmental History of Torontos Don River Valley Toronto: University of Toronto Press, 2014.

jennifer_bonnel.jpg

Les résidents du sud de l'Ontario connaissent probablement la vallée de la rivière Don comme étant le site de la Don Valley Parkway, également connue sous le nom de stationnement de la vallée du Don. Les résidents qui habitent la région connaissent la rivière Don comme étant une voie d'eau polluée, non navigable qui débouche sur le lac Ontario dans un site post-industriel délabré. Les citoyens intéressés par la politique dans la région métropolitaine de Toronto la connaissent aussi comme un sujet de débats sur le renouvellement urbain et riverain. Dans Reclaiming the Don, Jennifer Bonnell expose les différentes significations attribuées à la rivière Don et comment elle a été perçue et utilisée au cours de plus de deux siècles de colonisation européenne.  Rédigé clairement et basé sur une recherche exhaustive de l'histoire de la région, cet ouvrage offre une histoire fascinante de la relation entre la rivière et la région qu'elle traverse. 

L'étude de Bonnell s’étend sur plusieurs siècles de l'histoire de l'Ontario. Après avoir discuté de l’utilisation de la rivière par les communautés autochtones comme ressource importante avant le contact européen, Bonnell retrace la façon dont « la Don » a été réinterprétée par les premiers Européens tels que John Graves Simcoe et Catharine Simcoe qui l’ont comprise dans le cadre de l’imaginaire pastoral anglais et l’ont ainsi dépeinte comme une voie de transport et une source de vitalité. Elle explique ensuite comment cette rivière en est venue à devenir le point de sortie pour les eaux usées et les déchets industriels de la région de Toronto alors que la ville l’entourant était en pleine expansion. Finalement, elle aborde les nombreuses tentatives faites pour relancer, reconstruire et réexaminer – essentiellement récupérer – la rivière Don, sa vallée et son estuaire. Cette œuvre complexe et nuancée  conjugue habilement histoire sociale, politique, économique, et environnementale en utilisant la rivière Don comme un prisme à travers lequel l'histoire de la région et de ses habitants est racontée.

LES PRAIRIES

PearlAnn ReichweinClimber’s Paradise: Making Canada’s Mountain Parks, 1906-1974. University of Alberta Press, 2014.

pearlann.jpg

Dans son ouvrage intitulé Climber’s Paradise : Making Canada’s Mountain Parks, 1906-1974,  PearlAnn Reichwein adopte une approche qui mélange allègrement l’histoire culturelle, l’histoire des loisirs et l’histoire de l'environnement. Étudiant le Club alpin du Canada, l’auteure démontre que l'histoire du club suit en parallèle et contribue tout à la fois au développement des parcs situés dans les montagnes Rocheuses au cours du XXe siècle. Abordant des sujets allant de la commercialisation du matériel d'escalade à l'organisation des forces d'opposition à l'aménagement hydroélectrique dans le parc, elle a écrit un livre qui intéressera plusieurs catégories d’historiens du XXe siècle. Dans sa conclusion, elle présente des arguments très puissants sur l'histoire de l'environnement, le changement climatique et notre relation avec la nature et les montagnes. Le livre est tout simplement passionnant. L’intégration de nombreuses images et d’encadrés sur une variété de sujets le rend encore plus attrayant pour ceux et celles qui ne proviennent pas du milieu universitaire.


LE NORD

Ted Binnema, Enlightened Zeal: The Hudson's Bay Company and Scientific Networks, 1670-1870.  Toronto: University of Toronto Press, 2014.

ted_binnema_-_clio_cropped.jpg

Enlightened Zeal étudie la participation de la Compagnie de la Baie d'Hudson aux recherches scientifiques dans les régions arctiques et subarctiques du Canada au moment où elle avait un monopole commercial sur ces régions, soit de 1670 et 1870. La science constituait un élément essentiel du travail CBH : elle répondait à l'intérêt et aux ambitions de ses dirigeants, contribuait à sa réputation et influençait le débat concernant l’avenir de la région.Reposant sur une recherche approfondie en archives ainsi que sur des sources publiées, cet ouvrage contribue à une meilleure compréhension des pratiques scientifiques et de la signification du savoir scientifique durant cette période. Il nous éclaire plus particulièrement sur le contexte social dans lequel ces recherches ont été effectuées, la relation de la compagnie avec l'exploration, les conséquences politiques de ces recherches (y compris l'expansion territoriale canadienne et américaine) ainsi que leur rôle dans les relations de coopération entre les Autochtones et la CBH. L’auteur situe également son travail dans le contexte plus vaste de la recherche scientifique. Enlightened Zeal est une étude novatrice sur l'histoire de la science dans un contexte d’une compagnie monopolistique. Plus encore, en explorant les réseaux qui unissaient les dirigeants de la CBH en Amérique du Nord aux directeurs et aux scientifiques de la compagnie en Grande-Bretagne et ailleurs, Binnema contribue à notre compréhension de la façon dont le savoir traversait le continent et l'Atlantique du 17e aux 19e siècle et incite à une réévaluation du paradigme traditionnel en histoire des sciences opposant le centre à la périphérie. Son ouvrage ambitieux éclaire sous un jour nouveau notre compréhension de l'histoire du Nord du Canada et de l'histoire de la science canadienne et impériale.

LA COLOMBIE-BRITANNIQUE

Dominique Clément, Equality Deferred: Sex Discrimination and British Columbias Human Rights State, 1953-84. Vancouver: UBC Press, 2014.

dominique_clément_-_clio_b.c..jpg

Equality Deferred situe les expériences individuelles de ces femmes et leurs luttes juridiques dans le cadre de l'État basée sur les droits de la personne. Clément montre quand et comment la législation concernant  les droits de la personne a été utilisée pour lutter contre l'inégalité entre les sexes entre 1953 et 1984, une période marquée par des changements politiques publiques et des  « innovations » juridiques. (15) Cependant, l'incapacité de l'État à combattre la « discrimination systémique » est également reconnue (13). L’une des principales conclusions de l’auteur est d’ailleurs que cette ère d'innovation politique dynamique n'a pas abouti à une progression uniforme de l'égalité des droits pour toutes les femmes. 

Clément explique également comment l’application des droits de la personne en Colombie-Britannique différait par rapport à ce qui se passait dans les autres provinces canadiennes, démontrant du même coup l’importance des contextes provinciaux spécifiques. Le recours à certaines études de cas éclaire d’une manière intéressante les interprétations quant aux droits de la personne ainsi que leur application au niveau local. L'importance de la nomination de Kathleen Ruff à titre de première directrice de la Direction des droits de la personne et les contributions faites par l'équipe d'enquêteurs qu’elle a embauchée illustrent l'importance de tenir compte des expériences individuelles et locales. Clément remarque également des variations régionales importantes  dans l'application des droits de la personne en Colombie-Britannique selon la population active, les taux provinciaux d'immigration et les précédents établis concernant le harcèlement sexuel et les droits des homosexuels. Il affirme que la Colombie-Britannique fournit une étude de cas idéal pour le Canada, car la province était "l'épicentre d'un conflit sur la nature et la légitimité de l'État des droits de l'homme." (21) 

Clément nous offre ainsi une monographie historique basée sur une recherche solide et engagée. L’inclusion au sein de l’ouvrage d’histoires individuelles concernant la lutte de certaines femmes pour la reconnaissance de leurs droits ainsi que la discussion du contexte politique lors de cette période charnière de notre histoire met en évidence quelques bonnes intentions, mais également l’influence de notions moins généreuses en Colombie-Britannique. Ce livre constitue dont un exemple de ce que peut être une histoire engagée.

PRIX HONORIFIQUE

elsie_paul_-_cropped.jpg

Le comité souhaite attribuer ce prix en reconnaissance de l’engagement d’Elsie Paul aux récits et aux enseignements des Sliammon et pour la  remercier d’avoir bien voulu partager ses récits avec nous. Si la connaissance historique est plus valable quand elle influence le présent, les histoires d’Elsie Paul sont inestimables pour le peuple Sliammon actuel et les générations futures, ainsi que pour tous les Britanno-Colombiens. Le comité estime que cette recommandation est également un moyen permettant aux historiens et aux historiennes de témoigner leur respect envers d’autres aînés des Premières Nations et autres auteurs qui ont grandement contribué au développement de l’histoire autochtone (la collaboration entre Harry Robinson et Wendy Wickwire, le travail de Julie Cruikshank avec les aînés Angela Sidney, Kitty Smith et Annie Ned de la nation Tlingit, le travail de Robin et Jillian Ridington avec les Dunne-zaa ainsi que la collaboration de Bridget Moran et de Mary John sur la vie au Lejac viennent à l'esprit, parmi tant d’autres partenariats réussis). Les historiens et les anthropologues ont contribué à faire imprimer les récits oraux, mais le dévouement des conteurs et leur compréhension de la valeur de leurs propres histoires ont rendu cet effort possible.

Bien que Paige Raibmon et Harmony Johnson aient habilement capturé les connaissances et les histoires de Paul sous forme écrite dans l’ouvrage intitulé Written as I Remember It: Teachings (??ms ta?aw) from the Life of a Sliammon Elder, Elsie Paul demeure pleinement l'auteure de l’œuvre. C’est sa voix que le lecteur entend à chaque page. C’est sa détermination à partager ses enseignements et ses histoires suivant sa propre trame narrative qui rend sa contribution si inestimables et fait de ce livre beaucoup plus qu'une biographie. C’est elle qui a insisté sur la façon dont son histoire serait racontée et préservée. Paul voulait que ses enseignements soient disponibles à un public plus large. À cette fin, elle a passé des années à discuter avec des universitaires, des journalistes et des membres de sa parenté. Elle a passé des heures devant les micros et bien d’autres encore à lire et relire les versions modifiées de ses mots. Elle a consenti à ce processus afin de préserver plus que des mémoires.  Comme l'a noté Raibmon, « Elsie est une conteuse sérieuse... . Elle prend le pouvoir des mots au sérieux et ainsi raconte des histoires afin de transmettre  une connaissance utile, qui peut potentiellement guérir ». (4) La publication récente de Written as I Remember It: Teachings (??ms ta?aw) from the Life of a Sliammon Elder  est l'aboutissement de toute une vie au service de l’histoire, de la langue et de la culture Sliammon et de ses précieuses contributions à la mémoire institutionnelle de la Colombie-Britannique.

___________________________________________________________

ean Wilson a sans aucun doute eu une influence plus grande que toute autre personne sur la publication de l’histoire de la Colombie-Britannique, une affirmation qui est certainement vraie en ce qui concerne les décennies 1988-2008.

L'influence de Jean sur l'histoire de la C.-B. ne vient pas d’un livre qu’elle aurait écrit, ni de comptes rendus de livres ou de revues qu’elle aurait éditées. Jean Wilson a plutôt facilité la publication de centaines de livres sur l’histoire de la Colombie-Britannique durant une carrière exceptionnelle à titre de directrice associée, Commercialisation chez

Dernières nouvelles sur Twitter

Appel à communications Sessions spéciales sur le thème de Mobilité textuelle, textualités mobiles: traduction, h… https://t.co/eU3QaHKCdj

Voir tous les tweets

Communiquez avec nous

Société historique du Canada
130, rue Albert, pièce 1912
Ottawa, ON, K1P 5G4